« Les archives ouvertes de preprints se développent rapidement et deviennent thématiques | Accueil | Choisir une revue pour soumettre un article : de bons outils sur le web »

jeudi 31 août 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L Baudoin

Il ne faut pas oublier non plus que la publication dans des revues prédatrices est payée avec de l’argent public. Les organismes de recherche doivent être particulièrement vigilants sur les dépenses de publication en OA.

H Maisonneuve

Merci pour vos commentaires.
Je n'avais pas à l'esprit cette phrase dans le code européen.
Effectivement des revues prédatrices sont dans Medline (par PMC) et dans SIGAPS... mais la communauté ferme les yeux. Les CNU devraient avoir des listes positives pour évaluer recherche et chercheurs...
HM

JSH

Voici quelques revues classées dans SIGAPS qui figurent aussi dans la liste de Beall

Afr J Tradit Complement Altern Med (E)
Aging (C)
Cell Mol Biol (E)
Genet Mol Res (E)
J Environ Biol (B)
Oncotarget (B)
J Med Int Res (A)
OMICS (C)
Rom Biotechnol Lett (E)

From Morocco

La version révisée du Code européen de conduite pour l'intégrité de la recherche, énonce que toute transaction avec les revues prédatrices (soumettre les manuscrits/être relecteur ou membre de comité de rédaction) est une violation de l'intégrité de la recherche scientifique :

[Violations of Research Integrity:
• …
• Establishing or supporting journals that undermine the quality control of research (‘predatory journals’).] (p. 9)

Revised Edition: http://www.allea.org/wp-content/uploads/2017/05/ALLEA-European-Code-of-Conduct-for-Research-Integrity-2017.pdf

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations