« Intégrité scientifique : de bonnes nouvelles, mais quel boulot ! | Accueil | La vie tranquille des articles rétractés : certains restent cités et sembleraient garder une 'valeur'... c'est ennuyeux »

mardi 28 avril 2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour

merci pour ces commentaires. Effectivement, 2015 va être intéressante : PLOS ONE devrait avoir peut-être 10 000 articles de moins que 2014 si on extrapole les 3 premiers mois 2015... Donc 10 000 x 1250 $ représente une somme... Mais comme PLOS a eu 9 millions de $ de profits en 2013, il y a une trésorerie..

Cordialement

Sylvain Bernès

Il y a un 7ème point qui n'est pas cité par Jullian Buriak, mais qui va dans le sens de votre conclusion: comment les éditeurs des méga-revues gèrent le conflit d'intérêt évident entre les aspects académiques et financiers? A 1350 USD l'article (environ un mois de salaire d'un chercheur de base dans la plupart des pays) faire passer le taux d'acceptation de 60 à 70% sur de tels volumes génère de confortables bénéfices. C'est d'autant plus tentant que les frais réels de publication sont devenus indépendants du volume, depuis la disparition de l'édition papier...
Quant à l’argument du contrôle de qualité technique de l’article comme critère exclusif de non-rejet, il est quand même limité : si je soumets les tables de multiplication à PLOS ONE, seront-elles publiées au motif que la multiplication 2 x 2 = 4 est techniquement correcte ?

Dominique Dupagne

Bonjour,

J'ai bien peur que le Peer View, voire le Ghost Peer, soit devenus courant, y compris dans les microrevues... Je suis effaré par le nombre d'âneries qui se publient dans les revues dites "à comité de lecture".

Et si finalement, le pré-print public avec débat lui aussi public, constituait le meilleur contrôle ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo