« La science est en crise : améliorons d'urgence nos pratiques en archivant les données | Accueil | Une recherche ‘vraie’ publiée dans TheBMJ a montré que les communiqués de presse en santé sont embellis, et accuse les universitaires ! »

vendredi 12 décembre 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sylvain Bernès

Pas sûr que ces articles soient les plus "consultés". Twitter dominant très largement ces "altmetrics", le biais est énorme si on considère que presque tous les tweets sont juste un effet d'écho (re-tweet sans même vérifier la source, et sans même intention de lire l'article. Et cela sans compter les robots qui pullulent).
Tout n'est pas perdu donc.

Ridde

Vous avez bien raison, c'est triste, mais ne devrait pas forcément remettre en cause les tentatives d'altemetrics ou d'abandonner toute forme de mesure.
Mais la question que l'on peut aussi se poser est de savoir pourquoi on accepte que des fonds publics soient utilisés pour ces recherches qui cherchent le buzz (James Bond, Chocolat) et moins la science... dans un contexte global de restriction budgétaire.
V Ridde

PB

Au de la de l aspect buzz de ces articles, les altimetrics sont aussi biaisés par les forces de frappe des services de com ou de dissémination de la recherche des Universités étrangères. Quand un de vos articles écrit avec un membres de leur université est traité par leur service, celui-ci apparaît du jour au lendemain sur une multitude de sites et réseaux sociaux.
Je connais tr`s peu d université française qui ont un service de ce type (mettant à part INSERM CNRS).

evelyne decullier

Drôle et navrant... c'est ce qu'on appelle le buzz, rien à voir avec la science

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo