« Une revue à éviter : 'Publications' | Accueil | Suicide d'un des co-auteurs des 2 articles rétractés par Nature sur les cellules souches »

mardi 05 août 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonsoir,

ne restons pas aveugle avec des opinions tranchées, et parlons de ce que l'on connait. Je vous suggère un stage de 6 mois dans une industrie internationale pour comprendre les rôles de chaque entité. Certaines industries correspondent encore à ce que vous dites, mais tout change vite.

Merci pour vos commentaires

docteurdu16

Re bonjour,
Votre naïveté...
Les département médicaux des firmes échapperaient aux départements marketing / ventes : vous plaisantez sans doute.
Les médecins sont au service des ventes depuis le screening des molécules jusqu'aux essais de phase 3.
Le marketing se fait en amont.
Il se fait déjà au moment des essais de phase 1 puis 2 pour choisir les keys opinion leaders qui dauront se fondre dans le moule.
Bonne journée.

Maisonneuve

Bonjour

merci pour vos remarques. Je n'ai pas de faits précis pour discuter cela. On peut penser que les firmes ont de l'influence, OUI, mais la transparence fait diminuer les auteurs fantômes. Les biais existent toujours, c'est d'accord.
Ne restons pas sur les schémas anciens (Vioxx, Prempro) sans preuves. Beaucoup de missions ont été transférées aux départements médicaux des firmes et échappent aux départements marketing/ventes. Les industries sont de plus en plus dirigées par les juristes !!
Cdialement
Hervé Maisonneuve

docteurdu16

Bonjour,
Je vous trouve bien optimiste.
Il faut différencier la France des pays où la langue anglaise est la langue de travail.
En France, il est rarissime qu'un auteur français puisse écrire un article directement en anglais en se conformant aux standards qui ne sont pas seulement linguistiques mais culturels et, également, soumis à des liens d'intérêt. Il doit donc, soit d'abord écrire en français, ce qui est une très mauvaise idée et se faire traduire soit par son épouse (très fréquent), un bilingue du service (moins rare) ou par la firme qui sponsorise (très fréquent). Dans ce dernier cas la firme ne désigne pas un traducteur mais un expert du sujet dans la firme (qui est souvent le moniteur de l'essai).
Plus généralement, la rédaction d'un article est un métier. Dans les grandes universités américaines de grands publiants ont un team à leur disposition, non seulement pour écrire l'article mais aussi pour faire des diapos (le service après vente), ce team est constamment en rapport avec la firme, si elle existe, et avec les sociétés de service (analyse des données). D'où les auteurs fantômes. J'ajoute que la mention de remerciement peut signifier relecteure ou écriture complète.
Les firmes ont compris qu'elles devaient être transparentes, au sens invisibles, et préfèrent que leurs collaborateurs n'apparaissent pas.
Enfin, et c'est paradoxal, les firmes contrôlent la rédaction car souvent les auteurs sont plus royalistes que le roi et écrivent des choses trop emphatiques, non pour valoriser le produit mais pour se valorisr eux-mêmes d'avoir réalisé un essai non négatif.
Je suis un peu à côté du sujet mais pas tout à fait.
Bonne journée.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations