« Créer de nouvelles revues est exaltant, mais trop souvent du bricolage ; faites le avec des professionnels de la publication | Accueil | Disparition de Arnold Relman, un des très grands rédacteurs en chef du NEJM »

mardi 24 juin 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean Charlet

Comment l'INSERM a pu signer cela ? Ou alors, comme dit dans un précédent commentaire, c'est de l'hypocrisie totale. C'est bien l'INSERM qui, au contraire du CNRS, a un service pour calculer le H-Index de tous les DR. Si ce n'est pas une défense de la bibliométrie, je ne sais pas ce que c'est.

Anne Goffard

Il faudrait aussi que le CNU (conseils national des universités) signent et fasse passer ces recommandations aux présidents des différentes sections. Notre carrière est évaluée en fonction des facteurs d'impact de nos publications.

Stéphane

Que des individus signent, je comprends, mais pour les institutions, c'est d'une hypocrisie sans nom. Les EPSTs ne regardent que l'IF et n'utilisent que ça. Tout le reste est du vent et du pipeau et ce n'est pas prêt de changer, surtout à l'INSERM avec son nouveau directeur. Nous sommes dans une logique productiviste de la science, l'originalité n'est vue que comme un risque insupportable et on multiplie à l'infini les mêmes approches qui ne font rien bouger.
Les gens qui ont signé pour les PESTe devraient commencer par appliquer leurs bonnes résolutions en interne avant de s'afficher

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations