« Pourquoi la folie du facteur d'impact persiste ? Une épidémie qui associe la valeur d'une recherche à la notoriété de la revue.. | Accueil | Comment publier les découvertes qui peuvent être utilisées par des terroristes : ne pas tout dire comme ce fût le cas d'une nouvelle toxine botulique »

vendredi 28 mars 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Serayamaouche

Bonjour,
Il se trouve que j'ai déjà envoyé votre premier article sur PLoS ONE à l'un de ses éditeurs. A mon avis à PLoS ONE, ils s'attendaient à ce recul du facteur d'impact. Ils ont des problèmes de délais et des difficultés pour trouver des "reviewers". J'ai déjà examiné des articles soumis à PLoS ONE et été amenée à choisir 3 examinateurs pour d'autres papiers.
Sur 10 requêtes envoyés aux scientifiques pour examiner un article, il y a seulement un seul auteur qui accepte de faire la "review". De plus, il y a des éditeurs associés à PLoS ONE, notamment des cliniciens avec très peu de compétences en méthodes biostatistique et bioinformatiques qui contribuent à la destruction de l'image de la revue.
Je ne partage pas l'avis d'un des lecteurs qui a commenté votre article en disant que "PlosOne est peut être aussi victime de son succès" c'est plutôt l'inverse. Beaucoup d'auteurs se dirigent plutôt vers des revues où le processus de "review" est beaucoup plus stricte et crédible. Les scientifiques ont compris que PLoS ONE publie tout ce qu'on ne peut pas publier dans d'autres revues et cela a largement affecté l'image de la revue.

Cordialement,
Seraya Maouche

Ridde

Oui, je trouve que l'auteur du blog va un peu vite dans son analyse d'une série chronologique où le nombre de points après la baisse est vraiment trop réduit pour porter un quelconque jugement. PlosOne est peut être aussi victime de son succès, à l'image des revues BMC où les délais d'évaluation par les pairs s'allongent dangereusement, où la recherche de réviseurs devient difficile...

Jean

Ceci dit, 31 jours dans le mois de janvier, 28 en février, ça suffit à expliquer une diminution de 10% dans le nombre d'articles...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo