« Une revue médicale de langue française devrait être créée par nos institutions, pour satisfaire un lectorat francophone en développement | Accueil | Les vestiges des revues imprimées ! Le pdf va aussi disparaître, et le peer review doit changer »

vendredi 27 décembre 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Aliboron

Pour ce qui est de l'aspect judiciaire, je vous souhaite d'avoir un beau-frère avocat spécialiste du droit américain afin de décoder ce très officiel http://www.search.txcourts.gov/Case.aspx?cn=03-12-00576-CV . Tout aussi opaques pour moi, les pièces du dossier tel que présenté par la défense de Wakefield : http://issuu.com/wakefieldjusticefund#

Vous reprendrez bien un peu de bûche ?

Maisonneuve

Bonjour,

je ne connaissais pas ce courrier, et je n'ai pas suivi l'affaire Wakefield depuis 2011. Ce courrier est documenté, accusateur et je ne sais pas s'il y a eu des suites. Le site de Brian Deer s'arrête à 2011 pour le MMR. Je ne sais pas si les relations BMJ Lancet sont toujours difficiles sur ce point.
En 2012, Wakefield avait voulu attaquer Deer, Godlee et le BMJ au Texas, mais pas de suite donnée par le tribunal

Il faudrait chercher car Wakefield est toujours au Texas je suppose
CDmt

Aliboron

Marc Gozlan rappelle rapidement l’histoire - "très complexe " comme il l'écrit lui-même- de l'affaire Wakefield. Si mes souvenirs sont exacts, le GMC n'a pas condamné Wakefield stricto-sensu pour fraude, mais pour "research misconduct" ce que l'article de Gozlan ne permet pas de bien distinguer. C'est le journaliste Brian Deer qui a accusé Wakefield de fraude dans une série d'articles publiés au BMJ.

L'affaire fut complexe en effet. Est-ce par ignorance ou par souci de clarté que Gozlan ne mentionne pas certains développements postérieurs à la fameuse décision du GMC ? La lecture d'un courrier ,rédigé par un cabinet d'avocat à l'attention du recteur d'une université américaine ayant accueilli une conférence de Brian Deer, soulève quelques questions : http://www.rescuepost.com/files/kohn_letter_uw-l_nov_13_2012.pdf ?

Ce courrier date de novembre 2012, et j'ignore quelles suites il a trouvées !

Maisonneuve

Merci Dominique pour ce commentaire, et Broad & Wade est toujours d'actualité : bien d'accord.

Dominique Dupagne

Article remarquable en effet. Pour avoir constaté la "légèreté" de nombreux chercheurs universitaires, j'ai tout de même l'impression que la "sous-rétractation" est encore massive.

Une seule critique pour Gozlan : avoir débuté avec Séralini, qui, comme tu l'as toi-même relevé, est un exemple de rétractation sans fraude, ce qui me dérange personnellement, même si je trouvais le travail publié sans intérêt.

Je me permets de suggérer l'écoute d'une présentation de 3 mn d'un livre qui me semble faire référence sur le sujet, malgré son âge, et qui n'est curieusement pas référencé dans l'article :
http://www.franceinter.fr/emission-la-bibliotheque-scientifique-ideale-la-souris-truquee-enquete-sur-la-fraude-scientifique-de : "La Souris truquée : enquête sur la fraude scientifique" de William Broad et Nicholas Wade

Ce livre est à la fois facile à lire, passionnant comme un roman, et remarquablement documenté. Sa conclusion sur les limites de l'objectivité scientifique possède une portée d'une grande actualité.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo