« Une équipe française a eu le prix Ig Nobel de psychologie : plus je bois, plus je suis attirant ! | Accueil | Le futur du peer-review : de nombreux projets très innovants... grâce aux nouvelles technologies »

mercredi 06 novembre 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pr Marc Pocard

Toujours sur cette idée de rétraction
Je viens de voir passer dans le Monde un papier disant que le français qui avait publié un article sur les risque du maïs transgénique de Monsantos allait voir rétracter son article, a la demande de l'éditeur ?
Je n'ai pas compris le motif
Dans mon souvenir cet auteur avait utilisé les médias de façon assez spéciale pour faire de la pub à son papier et alerter l'opinion publique
Mais j'avais regardé le papier a l'époque et écouter l'avis de la gagadémie de médecine et c'était affligeant
- pas assez d'animaux pour les gagadémiciens alors que nous savons tous que la règle de l'expérimentation animale demande a ce que ce chiffre soit le plus bas possible, et aussi coté budget qui n'est pas illimité dans un laboratoire public.
- modèle discutable car ces rats sont sujet a faire des mutations de novo - la c'était le pompon de la médisance ou de la bêtise coté académiciens - en effet si vous voulez prouver que la flamme d'un briquet peut brûler si vous faite une expérience pour essayer de déformer une plaque en tungstène vous ne risquer pas de conclure a son efficacité mais placez y votre nez et vous verrez bien … ça brule!
Bref a mon idée les pressions ont dues être incroyables sur le journal pour que l'éditeur finisse pas baisser pavillon

Cordialement
MP

doudou13314682

dans le premier cas pratique d autocrate:je signe tous les papiers sortant de mon labo: j'ai lu ,je cautionne ;la situation est claire en dernier signataire(je n ai rien fait) plus trouble en troisième

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations