« La descente aux enfers de PLOS ONE est le premier accident de l'Open Access | Accueil | Peer review : honnête, transparent, scientifique ? Réponses très variables à ces questions »

jeudi 27 juin 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bien d'accord, avec une différence majeure : les industries ont de vraies archives, et on peut tracer les données.. tandis que dans les milieux académiques, les archives sont mal organisées, ne permettant pas de vrais audits de ces recherches. L'affaire Stapel a surtout montré cela.

Dominique Dupagne

L'erreur principale était de croire que la fraude était plus fréquente dans les études publiées par des industriels. Les connaisseurs du milieu savent que les universitaires sont les pires fraudeurs. Leur sentiment de supériorité et d'impunité les pousse à des manipulations que les industriels n'osent plus faire depuis longtemps.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations