« Des 'prédateurs' pour ceux qui veulent publier vite (et publier ce qui est déjà publié) : Chirurgiens ! Faites attention | Accueil | Le système GRADE pour évaluer les preuves et préparer de bonnes recommandations de pratique clinique est applicable aux interventions de santé publique »

mardi 14 mai 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

F.R.

Intéressant.
Ces auteurs n'ont pas d'autre choix que de répondre ce que vous rapportez à présent, pas de quoi crier à l’honnêteté.
Une fois dénoncés, ils regrettent. Avaient ils d'autres choix?

Quand à la retraction, elle se fait attendre.

Maisonneuve

Les auteurs ont reconnu une erreur de concertation entre les équipes, et le premier auteur a sollicité une rétractation de l'article de Progrès en Urologie. Cette réaction est professionnelle et témoigne d'une connaissance du fonctionnement du système des publications. Cette réaction rapide, explicite devrait prévenir des conflits larvés d'auteurs qui pourraient nuire à l'activité des services. Pardonner les erreurs est plus simple que de les cacher, comme nous l'avons constaté dans d'autres occasions sur ce blog.
Je présente mes excuses, car mes propos ont paru violents aux auteurs.
Deux remarques :
1) je ne sais pas réellement quelle revue peut prétendre à l'antériorité, car les dates de publications ne sont pas explicites : quelles ont été les dates de mise en ligne des 2 articles ? peu importe si la décision des auteurs est de rétracter l'article de Progrès en Urologie et que la rédaction est d'accord, ce qui m'a été confirmé.
2) ce sera, à ma connaissance la première rétractation d'un article d'une revue française ; ne reprochons rien car il vaut mieux se réjouir de la bonne décision de la rédaction, et de la réaction rapide des auteurs ; la plupart des rétractations sont dues à des erreurs, et sont la preuve du bon fonctionnement des revues.

Maisonneuve

Merci pour votre remarque. Il y a des règles pour publier dans les 2 langues, et c'est possible. Il faut dire quel est l'article princeps, le citer, avoir l'autorisation, en faire une version abrégée adaptée, et surtout les mêmes données, et les mêmes auteurs, etc.. tout est décrit en détail dans la convention de Vancouver, qui a une version française ; voir paragraphe III D 3 en page 10 http://www.icmje.org/french.pdf

docteurdu16

Merci pour cette langue qui n'est pas de bois.
Progrès en Urologie est l'émanation de l'Association Française d'urologie et, quand je m'y intéressais, la qualité des publications était pour le moins "moyenne". Les conflits d'intérêts y sont patents.
Cela dit, votre billet pose le problème de la diffusion des articles dans le monde anglo-saxon : nombre de médecins ne lisant pas l'anglais ou ne lisant pas grand chose du tout ne peuvent être informés que par une publication en français. La traduction de l'article en anglais est chère et on préfère publier en modifiant le cas en français...
Bonne journée.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations