« Minerva ? Un quizz étonnant.... et bravo les auteurs français | Accueil | Guide de rédaction AACC : bravo »

mercredi 26 octobre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour,
Merci pour votre commentaire.
La position de R Smith, ancien rédacteur du BMJ, est d'accepter que ceux qui tirent un bénéfice d'une situation puissent en parler dans les journaux.. et il prend comme exemple la médecine générale.
Il s'agit du débat concernant des journaux qui n'acceptent pas les auteurs ayant des liens avec l'industrie, et R Smith ne veut pas leur interdire d'écrire... il exige une transparence.
R Smith aurait pu dire "Faut-il interdire aux cardiologues d'écrire sur la cardiologie ?" car c'est le même raisonnement qu'avec les auteurs connaissant le médicament....."Faut-il interdire aux spécialistes du médicament d'écrire sur le médicament ?". Il ne s'agit pas de pots de vin, mais du débat : peut-on écrire sur un sujet dont on tire bénéfice ?
Nous connaissons tous des journaux qui n'acceptent pas des contributions de certains auteurs..... Je les appelle des bulletins paroissiaux, et nous en connaissons.
Vous avez raison, il faut défendre la LOYAUTE et la transparence.... On peut percevoir des avantages d'une situation et être honnête.. Cela est très fréquent.
Si vous désirez les lettres du BMJ sur ce thème, je peux les communiquer individuellement.
HM

***{:-

Je ne comprends pas bien le raccourci,

"Faut-il interdire aux médecins généralistes d'écrire sur la médecine générale?"

"Faut-il interdire aux médecins qui touchent des pots de vins d'écrire sur la médecine ?"

Faute avouée étant à moitié pardonnée, je crois qu'on peut tout écrire, du moment qu'est précisé clairement quelle est la part du temps passé et du salaire imposable, entre la dépendance et l'indépendance.

Il y a des tas de gens indépendants, qui disent n'importe quoi, et des consultants payés par l'industrie qui dispensent un enseignement de grande qualité. (Du moment qu'on sait pour qui ils roulent)

BlueGYN

(Libéral exclusif à Plein temps, Blogeur non rémunéré, environ 500 euros de pots de vin par an, faisant partie des indépendants qui disent l'importe quoi)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations