« DOAJ en français : merci Couperin | Accueil | Nécrologie dans le BMJ : David Servan-Schreiber »

lundi 29 août 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Hervé Maisonneuve

Bonjour

merci pour ce commentaire. S'il concerne les press release, il peut peut-être concerner d'autres écrits... et il est sage de comprendre que ce texte émane de HAS.. mais beaucoup au sein de la HAS ne se reconnaissent pas dans ce texte, et personne ne veut confirmer..
Autre problème : le code HON est imprécis sur ce point, mais son premeir principe est celui qui dit que tout texte doit être signé, ou qu'une note explique la paternité des textes non signés.
Cordialement
HM

Ha-Vinh

Bonjour,
Voici une note de l'APA style blog qui dit que lorsqu'un article n'est pas signé c'est l'organiation qui la diffuse qui est présumée auteur lorsque l'on cite l'article:

http://blog.apastyle.org/apastyle/2010/09/how-to-cite-a-press-release-in-apa-style.html

"So when you find press releases on an organization’s own website without a specific author attribution, you can assume the organization to be the author"

example:
American Psychological Association. (2010). Today’s superheroes send wrong image to boys, say researchers [Press release]. Retrieved from http://www.apa.org/news/press/releases/2010/08/macho-stereotype-unhealthy.aspx

Bien cordialement.

Hervé Maisonneuve

Merci pour votre commentaire. Effectivement, il serait possible de dire notre, mais même dans ce cas le lecteur doit avoir accès aux données orginales pour soutenir ces positions.
Vous avez raison, le NOUS doit être employé souvent, et en tout cas, ne pas dire 'ON'
HM

Ha-Vinh

Bonjour,

Je me fais l'avocat du diable. Si l'auteur avait en fait voulu écrire:

..."Ainsi, NOTRE analyse menée à l’échelle de l’OCDE fait ressortir trois modèles principaux de «revalidation* des compétences des professionnels». Ces trois modèles sont développés ci-dessous."...

Dans ce cas le problème de la référence fantôme n'existerait plus puisque l'auteur viserait son propre travail.

C'est pour celà qu'il ne faut pas hésiter (même si celà paraît immodeste) à utiliser le pronom possessif "notre" devant les mots étude, article, analyse etc... si l'éditeur le permet dans ses guidelines.

Mais peut-être n'est ce pas le cas de cet auteur et peut-être a-t-il réellement voulu écrire "Ainsi, UNE analyse menée à l’échelle de l’OCDE..." Dans ce cas il aurait effectivement dû citer sa référence.
Bien cordialement.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Sociétés de rédacteurs & recommandations