« L'affaire Séralini versus Monsanto continue : tous menteurs dans une affaire qui nuit à la science... sans faits établis sur de bonnes méthodes, les croyances s'opposent | Accueil | Mettre des articles de revues prédatrices dans un CV devrait avoir un impact négatif.. »

mercredi 30 août 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sylvain Bernès

L'évolution des revues papier vers des serveurs est évidemment intéressante. Mais ça ne règle pas un des problèmes de fond que la littérature scientifique a vu surgir il y a une dizaine d'années: les revues prédatrices.

La preuve ? Il y déjà des archives de preprints prédatrices! Pour le cas de la chimie, voir :
http://cen.acs.org/articles/94/i46/Beware-bogus-ChemRxiv.html

Paquito Bernard

Dans mes domaines de recherche, il y a un mouvement fort dans cette direction, les créateurs de préprint essaient de faciliter le développement de cette pratique en listant les revues qui acceptent ou non les pre print. Bel exemple: http://sportrxiv.org/interactive-journal-policy-list/ OU https://psyarxiv.com/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo