« Newsletter de décembre 2016 envoyée le 1 janvier 2017 avec le titre "Facteur d'impact du Lancet : 7,7 ! -- Vol par un relecteur -- Posters nuls" | Accueil | Enregistrez tous vos protocoles... de nombreux sites existent pour tous types de recherches »

lundi 23 janvier 2017

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Douglas Carnall

Beall a tâché sa réputation avec ses effusions plutôt à droite (voir par ex http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/article/view/525/514 Alerte ironie : publié en accès ouverte). En tout cas, ce n'était pas de tout sain qu'un seul bibliothécaire s'installe comme rédacteur-en-chef et juge omniscient de toute revue scientifique à travers le monde. L'approche positive du DOAJ (Directory of Open Access Journals), qui accueille toute revue prêt à accepter ses principes de qualité et charte de conduite plutôt à privilégier. (Voir ici: https://svpow.com/2017/01/26/what-should-we-do-now-bealls-list-has-gone/)

Biomedcentral et PLoS fêteront prochainement deux décennies d'activité ; tous les deux stable de point de vue des revenues ; les concurrents démarrent aussi ; à quand, Hérvé, jugez-vous une activité commerciale bien établie ?

L'important contre-poids éditoriale qui n'est pas mentionné ci-dessus serait la fait que chaque éditeur serait très soucieux de la réputation de sa revue comme venue pour des articles de qualité : et il n'y a pas de pénurie des articles scientifiques. PLoSOne, conçu d'être hyper-ouvert, rejette quand-même un nombre important (~30%) des soumissions.

Enfin, chaque chercheur à cogner sa tête contre un paywall entravant à l'occasion de la recherche de la littérature, aussi que dans les grands universités riches des États-Unis qu'aux pays en développement ; les articles parus en accès ouvert sont plus lus, plus cités, et donc plus valables à la science, et l'humanité qu'elle serve. Et les revues qui ont mal à adapter aux nouveaux développements dans le domaine de communication par moyen de réseau informatique seront consignés à l'histoire, avec le papyrus, le parchemin, le scriptorium, et cetera.

Adélaïde Defossé

Merci ! Article très intéressant

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo