« Les statisticiens peuvent détecter des fraudes dans les articles sur des essais randomisés quand ils en ont plusieurs d’une même équipe | Accueil | AJE annual review : les chinois vont bientôt dominer le monde de la publication en langue anglaise dans les revues à comité de lecture »

lundi 05 décembre 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

H Maisonneuve

Bien d'accord avec votre commentaire, et vous n'êtes pas le seul à vous inquiéter. Des articles sont sortis sur ces points : je vais les lire et faire un billet
Cordialement

P BErnard

Suis ok avec cette démarche de partage des données, mais la charge pré-conception, pré et post publication devient énorme, répondre aux lignes de bonne conduite de la conception à la rédaction, jusqu'à la publication devient assez chronophage. C'est certain qu'à terme cela devrait ralentir le rythme de publication (ce qui n'est pas un pb, bien au contraire) & surtout améliorer la reproductibilité. Cependant, cela nécessite des moyens humains, des personnes avec des compétences spécifiques capables de comprendre les demandes organismes scientifiques et des chercheurs pour préparer des données partageables.... Encore une fois, je pense que dans les différents disciplines de santé les écarts de financement sont tellement importants que si trop de "contraintes" se généralisent, cela va devenir très difficile d’espérer publier dans des revues de haut niveau.
J'ai déjà bien du mal à dégager 2500$ pour publier en OA, réalise bp de choses moi-même faute de budget....
Bref, des lignes de bonne conduite, 800% d'accord, mais des moyens pour les suivre sont nécessaires.
Merci pour votre blogue

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo