« Le partage des données est encore très loin d'être la norme : peu de revues biomédicales prestigieuses le demandent | Accueil | GREET : des lignes directrices pour écrire les interventions en éducation, très beau travail »

mercredi 23 novembre 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

H Maisonneuve

Merci pour vote commentaire : rien ne m'étonne !! Ces situations sont probablement fréquentes !!
Cdlmt

H Maisonneuve

Bonjour,
merci pour ce commentaire et bien d'accord. C'est proche d'une réflexion que j'ai entendue aux USA : vous êtes un innocent, dans notre université, nous ne nommons que des candidats qui ont des résultats dits positifs... Avoir des résultats négatifs sur un CV n'est pas très intéressant
Cordialement

toyotam

Bonjour Hervé
Ce qui est incroyable avec ces mesures de facteurs d'impact est l'absence de prise en compte du travail réellement fait pour publier un papier. Un auteur parasite que je connais est systématiquement enmbarqué dans des publications à cause de sa position académique. Il a donc un meilleur facteur d'impact qu'un autre qui publie systématiquement des données originales. L'ordre des auteurs n'a finalement plus aucune importance et il est plus important de participer facticement à une publication que de travailler sur le fond des dossiers et publier de la recherche originale.
Avec l'ancien facteur d'impact ou H-facteur (Moribond ?), l'écart est beaucoup moins important.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo