« Définir le 'biais de publication' : impossible ! mais très bonne approche (scoping review) des rôles de tous les acteurs... | Accueil | Communiqués de presse : les essais randomisés publiés dans les revues prestigieuses donnent moins souvent lieu à un communiqué que les études observationnelles »

jeudi 10 mars 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

F.M. de Christchurch

Bonjour de Nouvelle-Zélande ou votre blog est suivi et discuté régulièrement.
La croissance de ces chiffres est impressionnante. Une partie de cette croissance peut elle être expliquée par une meilleure détection et un meilleur suivi de la part de Jeffrey Beall?

HM

Bonsoir,
à priori, ce n'est pas lié au meilleur suivi. C'est lié au fait que les revues passent à l'open access avec des APCs (Article Processing Charges) de 1000 à 9000 $. La technologie est simple et de jeunes informaticiens indiens ont bien compris qu'en demandant 300 $ 500 $ (voire 100 $), leurs APCs étaient très compétitifs... et les scientifiques ne se méfient pas, et voient surtout que le prix est réduit.... Cela va encore augmenter.
HM

Nicholas Moore

pour tous ceux qui sont dans le secteur hospitalier en France, un principe simple: si je journal n'est pas répertorié dans SIGAPS (donc non indexé dans Medline) il n'existe pas. Publier dans une revue non indexée a la même valeur que de mettre directement le papier à la poubelle.il aura le même impact sur la science, et en plus c'est moins cher. Ce principe évite toutes les revues prédatrices...
On va hurler sur les quelques revues françaises non indexées mais le problème est le même: la recherche n'a de justification éthique que si d'autres ont accès aux résultats et que l'on fasse progresser la masse globale de connaissances. Publier dans un journal non indexé ne permet pas d'en faire profiter les autres. Il y a plein de revues françaises indexées à impact significatif (<0.05) dans lequelles on peut faire admirer les gribouillis de son dernier interne, à défaut des revues anglosaxonnes ou Françaises de réputation, en général en Anglais. D'ailleurs ne pas écrire en anglais a à peu près la même valeur que de ne pas publier, sauf dans mediapart, le figaro, prescrire ou femme actuelle: dans ces derniers au moins d'autres vont lire...
Combien de français lisent les revues en allemand ou en chinois (qui ont au moins le bénéfice d'une audience de taille...)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo