« Articles avec des titres trompeurs ? Oui, assez souvent... j'ai été abusé par "Review time in peer review" | Accueil | Les instances universitaires (Paris 5) protègent une plagiaire de Toulouse, relaxée par le tribunal »

mercredi 24 février 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

CMT

Bonjour,
le problème n'est pas seulement la dissimulation, c'est aussi la pertinence clinique des critères choisis. A l'évidence multiplier les critères de jugement et introduire des critères ou analyses non planifiés a surtout pour objectif d'obtenir des résultats positifs à la fois plus satisfaisants pour les auteurs (plus d'audience, plus de chances d'être publiés, plus de chances d'attirer des financements de l'industrie pharamaceutique qui aime les résultats positifs...). Mais on sait qu'en multipliant les critères de jugement on a des chances de finir par tomber sur des critères dont les résultats sont positifs par le pur fait du hasard (et qui donc ne seront pas reproductibles). Ce qui veut dire qu'en multipliant les critères on cherche surtout à obtenir des résultats positifs pour obtenir des résultats positifs.

Les critères choisis doivent avoir une pertinence clinique et être justifiés et légitimés , sans quoi leur utilité pour informer les décisions des agences, les choix des médecins et des patients est douteuse.Ce choix des critères pertinents cliniquement n'a aucune raison d'être modifié en cours de route s'il est bien réfléchi et argumenté en amont.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo