« Danger : les revues prédatrices publieront un jour plus d'articles que les revues établies avec comité de lecture ! | Accueil | Le plagiat académique : se lit comme un roman que l'on ne peut plus quitter »

jeudi 29 octobre 2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ex admin SIGAPS

La propriété intrinsèque d’un score est de provoquer chez le technocrate une tentation irrésistible de l’employer comme une règle : trier puis couper tout ce qui dépasse. C’est tellement plus facile que se prendre la tête à étudier tous les éléments, et de plus ça a l’air du « scientifique » ! La bibliométrie nous en offre des nombreux exemples : facteur d’impact, Hirsch-index, voici le tour du score SIGAPS… Beaucoup d’encre a coulé pour mettre en garde contre l’utilisation des indicateurs bibliométriques au pour l’évaluation individuelle des chercheurs mais, malgré les avertissements de l’Académie de sciences et de l’Académie de médecine, le détournement du score SIGAPS est désormais institutionnalisé et les médecins se rangent docilement en file pour ce lit de Procruste en acceptant de réduire la valeur scientifique de leur travaux à un score…

Nicholas moore

Nicholas moore, bordeaux
Bien sur d'accord avec stefan.
Cela etant dans notre CNU il est depuis longtemps demandé pour etre mcu 3 publis internationales en premier et pour puph 8 publications en premier ou en dernier (ce qui promeut les publis des eleves et thésards) je ne sais lequel est mieux. On regarde surtout le reste: intégration dans une équipe (h et u) enseignement (y compris ou surtout sur un sujet tiré au hasard et hors de la spécialité de l'impétrant). C'est cette question qui souvent fait la différence. En plus on a en règle générale vu les candidats à plusieurs reprises en pré-CNU. Donc s'il est indispensable de publier bien (on a réformé le sigaps pour favoriser les bonnes revues dans les disciplines) cela n'est pas et de loin le seul critère! Les universitaires sont cons, surement mais quand mrme pas à ce point là, et on a une responsabilité pour l'avenir de notre discipline qui passe par la qualité de ceux qu'on nomme. Bien sur dans la pénurie actuelle on n'a parfois pas le choix, mais l'anticipation très en amont est utile
Amitiés

N

un chercheur médiocre

Je suis bien d'accord avec tout cela mais je modérerai tout de même pour une raison : quand on veut être nommé PU (encore plus vrai pour MCU), on est jeune, et on n'est pas sensé avoir déjà eu l'occasion de faire de la "belle" recherche, celle dont vous parlez, celle qui n'appartient pas au 50% voire 90% qui serait fausse. C'est après la nomination je pense qu'il faut surtout être vigilant.

Demander des minimas (entre autres pré-requis) pour être nommé ne parait pas aberrant : il faut prouver qu'on a su faire et faire publier de la recherche, même de qualité médiocre. Comment peut on emmener une équipe, et prétendre faire ce qu'il faudrait si on n'est pas capable de faire et faire publier des études préliminaires, des enquêtes, des petites études qui permettent ensuite de trouver des arguments (et des crédits!) pour faire de la belle recherche.

Soyons logique, un médecin qui veut être nommé à 35 ans n'a pas eu le temps ni l'occasion de guérir le cancer. Mais que penser de celui qui n'a pas réussi même à publier de "petits papiers" ou autre recherche de qualité médiocre?

Ces indicateurs permettent de prouver qu'on a compris comment la recherche et la publication marchent - à défaut de montrer qu'on est un bon chercheur.
N'oubliez pas que ces minimas SIGAPS ne sont qu'une petite partie de ce qui est demandé par les CNU pour la nomination!

Si les nominations se décidaient plus par SIGAPS et moins par népotisme/copinage/politique, ça ne serait pas si pire non?

Stephane Oustric

Je m'appelle Stephane Oustric.
Je suis Medecin Generaliste, professeur des universités et récemment élu par mes pairs à la nouvelle sous section de MG du CNU (53-03).
Je suis particulièrement heureux de cette note d'Herve. Merci Herve de nous maintenir éveillé !!!
En effet notre spécialité clinique orienté vers les soins primaires et ambulatoire, ne se retrouve pas pleinement (...) dans ce facteur d'impact.
Notre collègue de Rouen à admirablement résumé cela. Merci de ses propositions.
Nous travaillons et réfléchissons actuellement sur DORA et autres éléments bibliometriques, dans l'attente surtout de la position des experts MG de notre collège académique et scientifique le CNGE.
Continuez à éveiller nos consciences et nos responsabilités collectives.

Stéfan Darmoni

je m'appelle Stéfan Darmoni
je suis professeur d'informatique médicale au CHU de Rouen
j'ai publié plusieurs travaux bibliométriques sur SIGAPS, qui comme le dit le Dr. Hervé Maisonneuve, est un bon indicateur bibliométrique à l'échelle d'une discipline ou d'un hôpital, mais bcp moins à l'échelle individuelle.
au total, l'attitude du tout quantitatif où on résume la recherche d'un individu à un score est une folie douce et je pèse mes mots
il faut impérativement revenir à la lecture des 5 meilleurs papiers choisis par le chercheur pour un MCUPH et les 10 meilleurs pour un PUPH
ça prend un peu plus de temps... mais les résultats sont plus qualitatifs et a priori fournissent de plus grands enseignements sur le chercheur
SJD

evelyne decullier

la dictature du chiffre dans toute sa splendeur..... simple à calculer, simple à comprendre, simple à utiliser... mais faux !
évaluation qualitative: longue, couteuse, complexe.. juste...
le choix est rapidement fait dans nos sociétés

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo