« Un phénomène mal exploré : les comités de rédaction qui publient facilement dans leur revue ! Quelle fréquence ? | Accueil | L’enregistrement des protocoles de recherche avant publication devient fréquent, mais il faudrait aussi que cet enregistrement soit fait avant le début de l’essai pour éviter le HARKing »

mardi 16 juin 2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

From Morocco/Du Maroc

Paraît-il ces pirates ne sont pas des francophones ils ont utilisé google translate (Vertes/Green).
Ces pirates ont oublié de modifier l’image de leur site: des moutons et des bottes de foins.
Leur dernier numéro (221) comprend uniquement des noms Iranien; en plus ces articles ne contient pas d’email de correspondance de l’auteur!

Le centre de recherche français CIRAD (Recherche agronomique pour le développement) vient de publier "Eviter les éditeurs prédateurs (predatory publishers) en 4 points" http://coop-ist.cirad.fr/aide-a-la-publication/publier-et-diffuser/eviter-les-editeurs-predateurs/1-qu-est-ce-qu-un-editeur-predateur que je trouve très intéressant vu d’une part il est simple, claire, et à jour (pas de mention de DOAJ, dans liens utiles on trouve la référence de ce blog (Maisonneuve H. 2015)).
D’autre part il y a très peu de documentation francophones sur le sujet: Une recherche sur Google "predatory journals" il y a environ 14 200 résultats/contre 673 pour "revues prédatrices"; si vous limiter la recherche de cette dernière (1jour) il n’y a que "Rédaction Médicale et Scientifique" qui en parle!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo