« Nouveau site de WAME, World Association of Medical Editors : réseau de 2000 rédacteurs médicaux | Accueil | PubMed Commons : les avantages d'avoir des commentaires dans PubMed, par exemple signalant les manipulations de Séralini »

mardi 01 juillet 2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Philippe Ravaud

Je ne partage pas cet avis négatif sur Plos One.
Des arguments factuels existent :
Plos One est un des journaux en pointe sur la transparence de la recherche et a un niveau d'exigence trés supérieur à de nombreux journaux y compris à de multiples journaux de très fort impact facteur):
- utilisation systématiques des principales reporting guidelines (ARRIVE pour la recherche animale ,....)
- Check-lists à remplir pour ces différentes guidelines (contrairement à la trés grande majorité des journaux)
- demande d'un protocole traduit en anglais pour tous les essais cliniques randomisés
- décisions de publication basées sur la qualité des méthodes et non des résultats
Plos One (et plus généralement le groupe Plos) sont en pointe également sur des expérimentations randomisés pour améliorer la peer review et la qualité des articles utilisant en cela l'avantage de leur taille.
Bien sur la peer review reste une activité humaine et de qualité variable et il est évident que certains articles sont moins bons et/ou moins bien reviewés que d'autres mais globalement le travail effectué pour les 20 papiers auxquels j'ai participé publiés dans Plos One m'a semblé de qualité

Jean Roudier

J'ai publié depuis 30 ans une centaine d'articles (une vingtaine dans des revues d'impact supérieur à 10). Mon meilleur papier a été publié en 2013 dans PLOS ONE.
Pourquoi? Parce qu'il y a des circonstances dans lesquelles il devient difficile de franchir les barrières pas uniquement scientifique de la peer review. C'est le cas de spécialités scientifiquement fragiles, la Rhumatologie par exemple, dans lesquelles l'arrivée de nouveaux médicaments et de beaucoup d'argent a rendu presque impossible une évaluation convenable.

Pascal Lapointe

Pour renchérir sur le commentaire de Marc, il semble que le choix de PLOS One comme cible soit étrange (ou alors, vous gagneriez à mieux l'expliquer). Si vous voulez dénoncer la course à la publication à l'oeuvre dans le monde de la recherche, il y a évidemment de l'espace pour le faire et vous pourriez trouver bien, bien pire. Si vous voulez dénoncer les revues aux critères de publication douteux, il y en aurait des centaines qui mériteraient de passer à la trappe avant PLOS One. Certes, PLOS One sait se promouvoir: est-ce mal?

MRR

Je ne suis pas sur de quels faits vous attendez. Je vous ai fourni les critères de publication de PLOS One.

On peut noter que PLOS One est l'un des journaux à s'être le mieux sorti du hoax d'un journaliste de Science l'an dernier :
http://retractionwatch.com/2013/10/03/science-reporter-spoofs-hundreds-of-journals-with-a-fake-paper/#comment-64133

Pas directement lié à PLOS One, mais les journaux prestigieux à haut facteur d'impact ont aussi les plus forts taux de rétraction :
http://iai.asm.org/content/79/10/3855.full

Ensuite, il me semble que la charge de la preuve est pour ceux qui voudraient dire que PLOS One publierait moins rigoureusement, ou de la science moins correcte ou moins soutenue. Que PLOS One publie des articles moins excitants, c'est assumé dans la mission du journal.

Maisonneuve

Bonsoir,

effectivement, vos remarques sont vraies.. Mais les opinions que je rencontre en discutant avec les auteurs, reviewers et éditeurs qui travaillent pour PLOS sont très variables. Rarement, j'ai entendu des commentaires aussi divergents

Donc opinions... et on aurait besoin de faits

Cdlmt
HM

MRR

J'aimerais bien savoir sur quoi se basent les gens qui disent que PLOS One fait un reviewing moins bon que d'autres journaux. Les critères sont clairs, ils sont ici :

http://www.plosone.org/static/publication

Quand à l'idée que l'open access serait un problème pour la qualité, voir ici :

http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/03/26/lopen-access-ne-nuit-pas-a-la-qualite-scientifique/

Je trouve personnellement très positif que grâce à PLOS One et d'autres jouraux similaire (1) une grande quantité d'information scientifique soit librement disponible et analysable (text-mining), (2) de nombreux résultats qui auraient moisi dans des tiroirs doit publics. Beaucoup de ces résultats sont peu intéressants seuls, mais ensemble ils forment une énorme quantité de connaissances.

Déclaration de conflit d'intérêt : je suis éditeur bénévole chez PLOS One.

Sylvain Bernès

Il y a quand même une limite: PLOS|ONE publiera son dernier article aux alentours du 19 juin 2116, car l'éditeur a enregistré un suffixe pour le DOI du journal limité a 7 digits, soit 9,999,999 articles.
Quoiqu'il en soit, c'est un sympathique coup de pouce pour les auteurs: le 100,000-ème article a été vu 910 fois au moment où j'écris, alors que le 100,001-ème, publié deux jours avant, n'a que 178 visites au compteur.

stéphane

Il n'y a pas que PLOS one a avoir un reviewing parfois très léger. Quand on voit des articles qu'on refuse, qui reviennent à un collègue, qui le refuse puis qui finalement est publié dans la même forme. Franchement on se demande à quoi ça sert de faire du reviewing, car au final ça sort.
Tant que la bibliométrie sera l'alpha et l'oméga du recrutement et des promotions, ce n'est pas près de changer.
Dans PLOS one, il y a de tout, j'y ai publié un article car les résultats étaient négatifs et aucune revue n'en voulait alors que je suis convaincu que c'était important. PLOS one permet d'éviter les vrais rapaces.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo