« Bonne nouvelle chez Diabetes & Métabolism : pas de rétractation des recos diabète de 2006 ! Ne cédons pas aux délateurs aveugles ! | Accueil | Bonne série d'articles sur la rédaction dans Journal of Clinical Epidemiology »

vendredi 15 novembre 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Maisonneuve

Bonjour,
merci pour ce commentaire raisonnable, et oui à la transparence.
J'ai été très critiqué, mais personne n'a cherché à connaître la situation :
- les articles pour le prix ont été soumis au printemps 2013 par une revue dont je ne connaissais par le comité éditorial (je les ai rencontrés après) ;
- le président du syndicat m'a proposé d'assurer la présidence sans savoir qu'un de mes articles était parmi les 163 soumis, et j'ai accepté sans savoir qu'un des mes article avait été soumis ;
- quand j'ai vu la liste des articles, fin juillet 2013, je me suis désisté de l'évaluation de la catégorie 'éditorial', et je n'ai plus participé aux délibérations de cette catégorie ; aurais-je dû démissionner du jury ?
- j'ai explicitement demandé que mon éditorial ne soit pas dans la sélection pour le grand prix.

Merci pour m'avoir donné l'occasion d'expliquer les faits... alors que ceux qui condamnent n'ont jamais cherché à connaître le déroulement du prix.
Cordialement

Frank Zerbib

Bonjour

Il est curieux que les blogueurs attachent autant d'importance aux liens d'intérêt de Mr Maisonneuve pour ce prix alors que tant de problèmes bien plus graves liés à ces liens d'intêrêts méritent d'être dénoncés. En tant que médecin nous sommes influencés plusieurs fois par jour par nos liens d'intérêts (et ceux des autres), conscients ou inconscients, avec l'industrie. Il faut ponc être vigilant quand l'on reçoit une information, c'est notre responsabilité de médecin. Mais c'est ainsi, l'industrie pharmaceutique est indispensable aux progrès de la santé, elle a besoin d'experts, et elle a besoin de vendre ses produits. Ceci étant dit, la publication en ligne de certains liens d'intérêts est une vaste escroquerie intellectuelle (visitez le site www.sunshine-act.ordre.medecin.fr/ et vérifiez). A titre personnel, je suis membre de plusieurs "boards" et seuls apparaissent sur le site quelques déjeuners offerts par les laboratoires. Quelle hypocrisie...
Donc à mon humble avis :
- non à la diabolisation de l'industrie pharmaceutique
- oui à une vraie transparence des liens d'intérêts
- oui à une vraie vigilance de tous

Cordialement

Maisonneuve

Bonjour,

attention, j'ai toujours été et je suis très en faveur de la déclaration des liens d'intérêts. Je le fais toujours moi-même dans la plupart des situations. J'aimerais que d'autres que les professions de santé en fasse autant. voir https://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2012/12/excellent-colloque-sur-les-conflits-dint%C3%A9r%C3%AAts-%C3%A0-lh%C3%B4pital-public-o%C3%B9-les-orateurs-ne-d%C3%A9claraient-pas-l.html

Je n'ai pas de langue de bois sur les liens d'intérêts : je fais partie de la majorité silencieuse qui fait de son mieux pour gérer ces situations. Si je m'exprime, je me fais normalement agresser par une minorité aveugle, dont le champ de vision est limité à certaines pratiques de l'industrie pharmaceutique (non concernée dans la situation discutée).

Je reconnais tous les travers de l'industrie, mais je ne ramène pas toutes les situations à un unique combat contre l'industrie. L'industrie a amené des progrès majeurs, et la plupart de ses chercheurs sont très honnêtes.
Les professionnels de santé font probablement mieux que d'autres secteurs d'activité dans le domaine de la transparence, même si cela ne suffit pas.

David L'hénoret

Quelle langue de bois sur la nécessaire déclaration des liens d'intérêts! Il suffit pourtant d'ouvrir les yeux sur la pression lobbyiste infligée au projet de loi sur la transparence. Il suffit pourtant de constater qu'en 2013, il n'y a toujours pas de site internet regroupant les déclarations de liens d'intérêts des experts ou non experts s'exprimant en public. Il est tellement facile de parler de "chasse aux sorcières". Exagérer le propos, en faire des tonnes pour essayer de convaincre. Vous dîtes :" Je ne crois pas que cette stratégie ait montré son intérêt..." puis vous concluez que cette stratégie :"...n'a pas montré son intérêt." Votre jugement se transforme en assertion. Bref, de la mauvaise volonté. Je vous invite à lire https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-04/comprendre_la_promotion_pharmaceutique_et_y_repondre_-_un_manuel_pratique.pdf.

Maisonneuve

Bonjour,

et merci JS Borde de ne pas vous cacher derrière un pseudo. Vous posez justement la question de la gestion des liens d'intérêts, en remarquant que "le conflit d'intérêt n'est jamais gérable". En fait, il y a 2 stratégies : la chasse aux sorcières ou la transparence et l'abstention dans les décisions.

Vous privilégiez la chasse aux sorcières ou MacCarthysme, stratégie actuellement privilégiée par certains groupes. Je ne crois pas que cette stratégie ait montré son intérêt, et dans le domaine des publications, il y a plusieurs exemples. Le NEJM avait pendant 6 ans (1996-2002) exigé que les revues générales ne soient pas écrites par des auteurs ayant des liens d'intérêts et le NEJM est revenu sur sa décision car il n'avait plus de bonnes revues. NEJM et JAMA ont dans les années 80s essayé d'exclure certains experts et sont revenus sur leur politique. https://www.aaup.org/article/moral-education-journal-editors#.Uoe3ZeL5BBZ
Plus récemment, le JAMA a exigé que les statisticiens des essais n'aient aucun lien avec les sponsors, et le JAMA est aussi revenu sur cette décision.

La chasse aux sorcières, séduisante sur son principe, n'a pas montré son intérêt. Les autres stratégies n'ont pas montré leur intérêt non plus.

Merci pour vos réflexions

Jean Sébastien Borde

Je suis surpris que vous ne perceviez pas où se situe le problème. Le conflit d’intérêt n’implique pas que vous ayez influé activement pour que vous soit attribué le prix. Il implique en fait le jury l’ensemble du jury. Comment imaginer qu’il attribue ce prix à son président sans que cette qualité ne l’ait en aucun cas influencé ? Le conflit d’intérêt n’est jamais gérable. Il est. Et il est impossible de définir dans quel sens et avec quelle intensité il influe. Je veux dire que le prix aurait aussi bien pu ne pas vous être attribué alors que vous le méritiez, du fait de ce conflit d’intérêt majeur. Un prix sérieux, crédible, nécessite qu’aucun membre de jury, encore moins son président, soit en situation de recevoir le prix, ou plus largement ait un intérêt direct ou indirect avec le prix. Mais peut être allez vous nous dire que pour juger la qualité d’un article scientifique il faut écrire soit même des articles scientifiques ?

Maisonneuve

Je me permets d'ajouter qu'il est facile de commenter sous anonymat.. je préfère la transparence....

Maisonneuve

Bonjour,

merci pour ces commentaires, et je n'ai pas la prétention de vous expliquer que les liens d'intérêts peuvent être gérés. Dans ce cas particulier :
- je n'avais rien à voir avec les candidatures d'articles, faites par des rédactions que je ne connais pas ;
- le jury fait très attention aux liens d'intérêts qui sont déclarés et gérés : plusieurs membres du jury ont eu soit à s'abstenir (s'ils sont membres d'un comité de rédaction d'une revue ayant publié un article évalué), soit quitter la salle (directement concerné par la discussion) ;
- en tant que président, je suis sorti de la salle lors de la discussion des éditoriaux, et je n'avais pas participé au premier tour de votes avant la réunion du jury ; je n'ai pas participé au vote quand La revue La Presse Médicale était concernée, étant membre du comité de rédaction.
- je suis mal placé pour répondre et je propose de prendre les avis de membres du jury (qui est connu, sera sur le site SPEPS, et dont je peux donner la liste des adresses).

Je n'ai pas la prétention de convaincre, mais d'apporter les arguments pour se faire un avis. J'ai été bien sûr questionné en public. Je n'ai pas répondu en citant le BMJ qui a posé la question : "Faut-il interdire aux médecins généralistes d'écrire sur la médecine générale ?" voir https://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2011/10/en-ao%C3%BBt-2011-fiona-godlee-r%C3%A9dactrice-du-bmj-a-publi%C3%A9-un-%C3%A9ditorial-en-r%C3%A9action-%C3%A0-la-fda-qui-avait-d%C3%A9cid%C3%A9-daccepter.html

Question difficile sana solution évidente, et laisser les non-experts décider de tout est une proposition. Le débat fait avancer, et je remercie ceux qui ont apporté des commentaires.

Julien B.

Le président du jury s'autodécerne le premier prix et nous instruit sur les conflits d'intérêts.
Parole d'expert !
Si les conflits d'intérêts tuent les malades, le ridicule, lui...

Docteur_V

"Nous faisons très attention aux liens d'intérêts dans ce jury, quite à ne pas toujours faire plaisir..."
INCROYABLE.
Les œillères, quelle marque ?

anonymous

C'est énorme. Je cite :" J'ai eu l'honneur d'être le président du jury" suivi de "Le jury m'a décerné le premier prix de l'éditorial". MAIS ALLO QUOI. lien d'intérêt CQFD voila.

Dominique Dupagne

Bonjour

Les liens d'intérêt tuent des malades, tous les jours, par centaines. Et tes 9 points aussi, mais moins.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Email Newsletter icon, E-mail Newsletter icon, Email List icon, E-mail List icon Abonnez-vous à la Newsletter
Ma Photo